Guide de lumière

 

France est mon tout premier guide.

Elle est médium et j'ai écrit le récit de sa vie. Elle a joui d'une grande renommée, a animé pendant des années une émission radio dans laquelle elle officiait en direct ; elle s'est investie dans la vie associative et le don aux autres, sous toutes ces formes. Elle m'a mis sur un chemin de lumière qui me permet aujourd'hui d'aider moi aussi les autres.

  mer

 Ainsi, avec le temps, les rencontres, les apprentissages multiples et l'évolution de ma spiritualité, j'ai développé des facultés pour aider.

J'ai choisi un passage du livre Dans le secret des âmes, qui décrit ce que peuvent ressentir à la fois le médium et le consultant. Je suis heureuse d'échanger certaines facultés avec France qui me fait confiance et qui me demande parfois d’être clairvoyante pour elle...

 

« .. Me voilà de nouveau dans l’hôtel où France m’a donné rendez-vous.

Je ne sais rien de sa vie et j’ai tout à apprendre de sa profession. Je n’ai aucune idée préconçue en ce qui concerne ce domaine, et comme tout un chacun, j’ai en tête l’image caricaturale de la voyante, mi- magicienne mi-sorcière, qui lit l’avenir dans sa boule de cristal.

Je frappe à la porte, tout en m’efforçant de calmer mon cœur qui bat la chamade.

J’espère être à la hauteur de cette rencontre.

Une voix douce m’autorise à entrer.

Je l’aperçois, assise à un petit bureau. Son sourire vient jusqu’à moi et m’imprègne de sa bienveillance. Je prends place en face d’elle avec mon attirail d’écolière. D’emblée, sa beauté, à la fois apparente et intrinsèque me parle.

J’ai confiance ; mais je ne sais pas comment aborder le sujet. Elle le sent, et très vite, un échange s’instaure naturellement.

Les mots sont prononcés avec douceur ; tout coule de source. J’abandonne mes notes pour profiter de l’instant présent.

Nous vivons un moment d’harmonie.

Mais soudain, je la sens contrariée, et ses beaux yeux verts se remplissent d’eau.

- Depuis que vous êtes entrée il y a plein de monde dans cette pièce, me dit-elle.

Je suis éberluée et me retourne pour voir qui sont ces espions dont elle parle.

- Excusez-moi, poursuit-elle, mais nous devons faire une pause car je reçois des messages pour vous. Je m’abstiens de rétorquer qu’après les espions c’est au tour du facteur de nous déranger…

France poursuit.

- Votre grand-père est là. Vous l’aimiez beaucoup ; vous aviez un grand respect pour lui.

- Oui…C’est vrai. C’était quelqu’un d’extraordinaire.

- Il vient vous dire qu’il est avec vous ; que vous devez continuer d’agir selon vos convictions …

A ce moment, je ne peux pas dire que je ressens la présence de « grand-papa » mais je crois à cent pour cent ce qui vient de m’être transmis car certains détails sont sans équivoque. Je reconnais mon grand-père au travers des propos de France. Mon émotion croît. J’ai du mal à retenir mes larmes, d’autant que France m’annonce en laissant couler les siennes

- Il y’a aussi une toute petite âme qui est là. Je n’en peux plus. Je suis désolée. Je dois m’arrêter un moment. »